Corona
« Ce confinement n’était pas un grand changement dans notre quotidien »

Le virus n’a pas de frontière. Ce n’est pas parce qu’on a beaucoup d’argent qu’on a un respirateur en or. J’espère que les plus aisés ont compris ce que c’est d’être pauvre, de ne pas avoir les moyens. Lorsqu’on est pauvre on est confiné et isolé toute l’année. On sort très peu ; on ne va pas au spectacle, on ne peut pas aller en vacances. Les gens râlent aussi pour rien alors que nous, on ne peut même pas payer internet. C’est un privilège d’avoir internet.
Que les gens réfléchissent et analysent leur bien-être, qu’ils arrêtent de se plaindre et de ne penser qu’à eux.

Comment je suis restée solidaire pendant le confinement :

J’ai aidé mes 2 voisines plus âgées, en allant faire des courses pour elles.

J’ai aidé aussi un Monsieur qui a des difficultés à tout faire seul.

Comme je fais de la couture, les gens m’ont demandé de leur faire des masques. J’en ai fait une 100taine et je me suis occupée ainsi.

C’était ma participation sociale pendant le confinement.
Témoignage de Linda, militante

Information importante

Chers amis,

Nous nous réjouissons qu'après de longues semaines du confinement nous pourrons de nouveau peu à peu travailler ensemble comme d'habitude.

Nous envisageons maintenant des réunions en petit groupe et en été d'intéressantes visites culturelles et des sorties dans la nature.

Tout cela se fait par inscription et dans le respect des mesures de santé actuelles.

D'autres informations vont suivre les semaines prochaines par nos voies habituelles et dans notre secrétariat au No 43 53 24.

Nous nous réjouissons de vous revoir !

La main en bois
Même presque 30 ans après sa création, la symbolique de la Main en Bois reste présente et forte.

La Main en Bois : un signe d’appartenance

 

« Par la racine, l’arbre prend l’humidité. Il croît à partir de ses racines. Comme un être humain. Ses branches sont comme des mains ouvertes. Tout comme l’arbre a sa place définie, ses racines, l’homme a aussi besoin de la sienne. » militante

 

La main

Campagne STOP PAUVRETE : Agir tous pour la dignité

Campagne mondiale de mobilisation pour le refus de la misère, les Droits de l’Homme et la paix

à l’occasion

  • des 100 ans de la naissance de Joseph Wresinski, fondateur du Mouvement ATD Quart Monde, dont la vie était marquée par l'extrême pauvreté

  • des 60 ans du Mouvement ATD Quart Monde

  • des 30 ans de la 1ère Journée Mondiale du Refus de la Misère, reconnue officiellement par l'ONU comme «Journée Internationale pour l'Elimination de la Pauvreté » en 1992.

Lancée en février 2017 avec l’ « Appel à l’Action », cette campagne a permis, à travers le monde, des belles rencontres, des événements souvent exceptionnelles, des prises de paroles fortes et de nombreuses occasions de solidarité.

Au Luxembourg, depuis le 12 février, nous avons aussi pu vivre de tels moments d’union et de partage.

17 octobre

17 octobre, Journée Mondiale du Refus de la Misère

Initiée en 1987 par Joseph Wresinski, fondateur du Mouvement ATD Quart Monde, la Journée Mondiale du Refus de la Misère cherche à être l'amplificateur du combat quotidien contre la misère. En faisant entendre le combat de ceux qui agissent déjà contre la misère, cette journée encourage d’autres à s’engager. 

« Nous voudrions que personne ne soit oublié. Chacun doit être reconnu pour  trouver sa place dans  la societé. » 

Accès à la culture

Droit et accès à la culture

Participer et être acteur de  culture permet à chaque citoyen de comprendre ce qui se passe autour de lui, de prendre conscience de ses droits et ses devoirs, de se relier à d’autres, de prendre part activement à la construction de la société de demain en partageant son savoir et son expérience de vie avec les autres…. La culture encourage la rencontre et l’échange, elle favorise le dialogue. 

 « Lors des travaux nous nous écoutons délibérément sur ce que la vie apporte avec ses hauteurs et ses profondeurs, ses joies et ses souffrances, ses peines. Je peux mettre en valeur mes capacités. »